L'Etat d'Israël ou en forme plus courte, Israël, est un pays du proche orient, situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée. 

C'est un pays du continent asiatique, précisément, de l'Asie Occidentale. 

Pour ce qui est des frontières d'Israël, elles n'ont jamais été réellement connues. Néanmoins, pour ce qui est de celles avec la Jordanie et l'Egypte, elles ont été définies lors de la signature du traité de paix. Pour celles avec le Liban et la Bande de Gaza, ce ne sont que des lignes de cesser le feu. 

Israël est le seul pays juif au monde. Il a été déclaré Etat-nation du peuple juif, le 19 Juillet 2018, après que la Knesset qui est l'assemblée du parlement israélien, ait adopté la loi fondamentale de l'Etat d'Israël. Ceci a été dû au fait qu'Israël comptait plus de 75% de juifs dans sa population. 

Visa exigé pour les français ? 

L'Etat d'Israël a signé certains accords qui permettent aux ressortissants français d'y entrer, sans avoir de visa. Seulement, il faut que la personne se plie à certaines règles et conditions

Le seul cas où un français peut entrer en Israël sans visa, c'est quand c'est à but touristique. Son séjour ne doit alors pas, dépasser les trois mois. 

Si un français se rend en Israël sans visa, il ne pourra pas travailler ou pratiquer une quelconque activité hors du tourisme.

Les types de visas pour Israël 

On peut recenser, comme pour tout autre pays, plusieurs types de visas qui nous permettent d'accéder à l'Etat d'Israël, selon ce que nous devons y accomplir comme tâche ou mission. 

Le visa touristique 

Celui-ci n'existe pas vraiment. En effet, tout ressortissant français a le droit d'aller en Israël pour faire du tourisme, sans besoin d'un visa.

Ceci dit, il doit avoir un passeport qui restera valide, plus de six mois après la date de son arrivée en Israël. 

Le français devra quitter le pays, au bout de trois mois. Toutefois, il peut toujours demander aux près des autorités responsables, au niveau d'Israël, de bénéficier d'une extension de séjour. 

Le visa pour études 

Si un étudiant français présente un certificat de scolarité attestant qu'il a été accepté pour suivre une formation en Israël, il se verra recevoir un visa d'études valable un an, qu'il pourra renouveler. 

Ce visa ne lui donnera pas non plus, le droit de pratiquer une quelconque activité rémunérée. 

Le visa de travail 

Pour pouvoir obtenir un visa de travail, quand on est ressortissant français, la procédure à suivre est la suivante : 

  • L'employeur doit effectuer une demande de visa pour étranger, auprès du bureau du travail israélien
  • Si le bureau du travail délivre un accord après qu'il ait vérifié l'authenticité de la demande, il transmet le dossier au ministère de l'intérieur israélien
  • Après traitement du dossier, l'employé français peut recevoir un visa de travail, comme non. 

Il est à noter que le visa de travail israélien ne dépasse pas les vingt-sept mois, soit deux ans et trois mois. 

Après écoulement de ces mois de travail, le travailleur doit retourner en France, même s'il veut continuer à travailler en Israël. Il ne peut pas faire de demande de prolongation dans le pays, et doit plutôt refaire une demande de visa de travail, en France, en suivant exactement, la même procédure que la première fois. 

Il faut aussi savoir que les travailleurs français ou de n'importe quelle nationalité, en Israël, n'ont pas le droit aux allocations ni même à l'assurance chômage. 

Ils ne peuvent pas non-plus, avoir une retraite. C'est à dire que s'ils finissent leur mission, ils doivent rentrer chez eux. 

Pour ce qui est des formations professionnelles par le biais de l'état aussi, ce n'est pas possible. 

Par contre, ils doivent payer les cotisations sociales qui leurs permettent de bénéficier du congé de maternité. Ils peuvent aussi avoir une assurance de travail qui les protège contre les accidents de travail et la faillite. 

Le visa pour les conjoints 

Pour les personnes dont les conjoints sont israéliens ou ayant un permis de travail en Israël, il existe ce qu'on appelle ; "le visa pour les conjoints". 

Il s'agit d'un visa qui permet à ces personnes d'avoir un permis de séjour d'un an renouvelable. Mais il ne permet cependant pas, d'exercer un métier. 

La seule exception est pour les personnes dont les conjoints sont des agents diplomatiques ou consulaires.  

En effet, les autorités de la France et d'Israël, on signé un accord qui faciliterait l'exercice des fonctions des conjoints des agents nommés par les deux états, à qui on a attribué des missions officielles dans l'état qui les accueille. 

Qu'en est-il de la nationalité ? 

Toute personne ayant vécu en Palestine entre 1948 et 1952, pendant le mandat britannique, se voit en droit de demander à avoir la nationalité Israélienne qui lui sera attribuée. 

Il y a aussi une loi en Israël, qu'on appelle ; "la Loi du Retour" qui permet d'avoir la nationalité israélienne. 

La condition nécessaire et suffisante pour que cette loi soit appliquée, c'est que la personne en question ait un de ses grands parents qui soit juif

D'ailleurs, cela se fait généralement de manière automatique. Bien sûr, si ce n'est pas le cas, elle est en droit de réclamer son application. 

La personne en question peut aussi refuser la nationalité israélienne si elle n'en veut pas. Elle devra alors, choisir l'une des deux options qui suivent : 

 

Etre résident temporaire : sa durée de validité est de cinq ans. la personne sera considérée comme citoyenne israélienne et devra se plier aux mêmes règles que les autres. Elle aura aussi, tous les avantages que propose la législation israélienne. 

Etre résident permanent : ce statu n'a pas de date d'expiration. Il permet à la personne de bénéficier de tous les droits et les avantages qu'offre l'Etat Israélien, au même titre que n'importe quel autre citoyen. 

Ceci étant dit, elle devra aussi remplir ses devoirs envers la nation, comme passer son service militaire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*