visa malaisie

La Malaisie est l'un des pays les plus visités dans le monde. Si vous avez l'intention de le visiter, ou simplement d'y vivre, vous devez connaître les procédures d'obtention d'un visa. 

Dans cet article, nous allons vous expliquer tout ce qui concerne le visa malaisien et comment l'obtenir. 

Pourquoi choisir la Malaisie ?

 La Malaisie est un état qui se situe en Asie du Sud-est regroupant un mélange de cultures. Ce qui rend la Malaisie si fascinante, c'est sa diversité ; dans ce pays, vous pouvez découvrir des villes modernes et florissantes, explorer l'architecture coloniale, vous pouvez également vous détendre sur les plus belles plages de la planète et faire des randonnées dans des jungles vertes et luxuriantes.pourquoi choisir la Malaisie  

Kuala Lumpur est la capitale et la plus grande ville du pays. Elle est animée à toute heure du jour jusqu’à la nuit par ses habitants très diversifiés, qui passent du quartier central des affaires aux karaokés branchés, qui dînent dans les centres commerciaux et font du shopping dans les marchés traditionnels. 

Les raisons qui vous poussent à vouloir visiter la Malaisie sont si vastes, de la nature à la nourriture en passant par les attractions impressionnantes, etc.

À la fin, vous ne regretterez jamais d'avoir visité ce pays, au contraire, vous serez déçu de ne pas avoir pu tout découvrir.

Les types de visas malaisiens

Les types de visas malaisiens diffèrent selon le motif de votre voyage, que ce soit pour des raisons de tourisme, de travail ou autres. Cela dit, sachez que le visa n'est pas exigé dans le cas  :

  • Du tourisme ;
  • D'une visite familiale ;
  • Des conférences ;
  • Des étudiants bénévoles ;
  • D'un examen d’investissement ;
  • Des réunions d’affaires.

Dans ces cas, vous n'avez besoin que d'un visa de court séjour de trois mois qui vous sera accordé une fois que vous êtes en Malaisie ; ce type de visa vous sera donné dés votre arrivée et il vous faudra  payer environ 54€ dans le cas du tourisme et 74€ pour des affaires de travail de moins de 3 mois.

Cependant, si vous partez avec une agence de voyage, ils paieront pour vous et une fois que vous serez en Malaisie, vous passerez directement. 

Il est important de noter ; que dans le cas où vous comptez  travailler de manière permanente ou faire un stage dans une entreprise ou encore étudier à long terme, vous devrez impérativement passer par certaines démarches afin d’obtenir un visa à long terme.

Comment obtenir un visa prolongé ?

Un visa malaisien prolongé est divisé en trois types :

  • Permis de travail ;
  • Résidence permanente ;
  • Programme MM2H.

Si vous cherchez à obtenir un permis de travail, alors les documents requis sont les suivants : 

  • Un passeport valide ;
  • Une photo d'identité récente ;
  •  Une copie de la page principale du passeport ;
  • Une lettre de l'employeur comme confirmation de l'embauche ; 
  •  Des détails fournis par l'employeur pour montrer que l'entreprise est en règle et fonctionne dans le respect de la réglementation.

En général, c'est votre employeur qui doit demander un permis de travail malaisien en votre nom. 

Pour obtenir la résidence permanente, les étrangers doivent généralement vivre de manière continue pendant au moins 5 ans dans le pays, sous une forme légale . 

Pour faire votre demande, vous aurez besoin : 

  • D'un formulaire de résidence permanent dûment rempli ; 
  • D'un passeport couvrant les 5 dernières années de vie en Malaisie, 
  • Des photos d'identité ;
  • Du soutien d'un citoyen malaisien ou d'un titulaire de la résidence permanente. 

Le programme MM2H (My Malaysian 2nd Home) est un visa de retraite et d'investissement pour les étrangers.  

Pour ceux qui peuvent justifier d'un capital ou d'un revenu important, les expatriés peuvent recevoir un visa de 10 ans à entrées multiples en Malaisie. 

Ce visa peut également être accordé à votre famille et vous permet de voyager librement à l’intérieur comme en dehors du pays avec un minimum de conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*