visa republique centrafricaine
pub

La Centrafrique est un pays qui porte bien son nom au préjudice d'une authentique poésie, cependant la réduction de cette contrée aux multiples faciès, aussi grande que la France et la Belgique assemblées, uniquement à sa situation géographique, serait une attestation d'inaptitude ou de prédilection, car c’est dans ce lieu au cœur d’une Afrique millénaire, au creux des forêts humides ou aux bordures d'innombrables cours d'eau, que tout a débuté.

Les étapes à suivre pour faire une demande de visa

Les ressortissant français ou étranger, ont besoin obligatoirement d'un visa d'entrée pour la République Centrafricaine, contrairement aux voyageurs provenant d’un certain nombre de pays et qui sont le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Tchad, le Congo Brazzaville, le Congo RDC, la Côte d'Ivoire, Israël, le Liberia, le Niger, le Rwanda, le Sénégal, les Etats-Unis.

Pour une durée de séjour de 30 jours et une simple entrée, le visa sera valable pendant une durée de 90 jours à partir de sa date de délivrance, a condition que l'arrivée se fasse au cours de cette période, par contre s’il s’agit de multiples entrées pour une durée du séjour de 90 jours, le visa sera valable uniquement pendant les 90 jours qui suivent la date de délivrance et les entrées devront obligatoirement et uniquement s'effectuer pendant cette période.

Un français faisant la demande de visa pour le Centrafrique devra la soumettre avant le départ, en se rendant soit directement au consulat du Centrafrique en France soit via ou une agence spécialisée comme VISA OFFICE (une institution de référence en France en terme de gestion des formalités consulaires pour l’obtention d’un visa de voyage) son accréditation auprès de la légation du Centrafrique en France permet une proposition pour l’effectuer les démarches nécessaires à distance sans avoir à se déplacer.

Une fois le dossier complété, il est possible de se présenter personnellement ou bien de faire déposer le dossier par une autre personne à VISA OFFICE et sans la nécessité de prendre au préalable un rendez-vous, il est possible également de l’envoyer par courrier via lettre recommandée, ou encore faire appel à un coursier spécialisé qui s’occupera de prélever le dossier puis de le déposer.

Il se peut que l’ambassade sollicite un entretien personnel avec le demandeur en plus de lui exiger des documents supplémentaires afin d’évaluer son dossier, et toute demande incomplète ne pourra être traité dans les temps et ce retard augmente les risques de refus, voici donc la liste des documents nécessaires habituellement demandés :   

  • Il faut commencer par remplir le bon de commande Action-Visas Destination Centrafrique en spécifiant clairement les options sélectionnées, puis télécharger et remplir les deux formulaires officiels de l'ambassade de Centrafrique.

  • Les deux photos d'identité nécessaires doivent être en couleur et parfaitement identiques, mais il faut faire attention car les photocopies et les photos scannées ne sont pas acceptées.

  • Le passeport doit rester valide pendant une durée de 6 mois au minimum après la fin du séjour, en plus de comporter deux pages face à face totalement libres et sans inscription pour le visa Centrafrique.

  • Une lettre d'invitation de la part d’un résident centrafricain est également nécessaire, elle doit contenir les coordonnées personnelles de l’hôte notamment son adresse exacte et son numéro de téléphone, en plus d’une photocopie claire de sa pièce d'identité centrafricaine pour justifier et vérifier les informations données, sinon une lettre d'invitation de la part d’une agence touristique localisée en Centrafrique.

  • Il ne faut pas oublier de joindre au dossier une copie du billet d'avion Aller/Retour ou bien une attestation de voyage.

  • Attention il faut savoir que le demandeur de visa doit disposer de la nationalité française, sinon un résident légal en France qui dispose d’une carte de séjour valide.

  • En termes de santé certains vaccins sont fortement recommandés mais le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire.

Les itinéraires conseillés et les recommandations à suivre

visa-republique-centrafricaineUne fois le visa obtenu et l’atterrissage effectué il est possible de profiter de ce lieu hors du commun, toutefois que ce soit pour des raison professionnels, humanitaires ou simplement touristiques il faut prendre ses précautions et être très prudent d’une part le climat politique ombrageux qui règne et qui crée des tensions ethnique et d’autre part l’état sauvage dans le quel perdure le pays et auquel les occidentaux ne sont pas habitués ;

  • Le pays jouit d’une savane et d’une faune extraordinairement diversifiée, parmi les multiples réserves nationales on distingue le Parc national du Manovo-Gounda St Floris, qui figure au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1988, considéré comme l’un des parcs les plus riches de toute l’Afrique, il accueille en effet des rhinocéros noirs, des singes, des oiseaux, des éléphants, des panthères, des lions, des girafes, des guépards, des gazelles et pleins d’autres.  

  • Le massif du Yadé au Nord-Ouest et le massif des Bongo au Nord-Est sont les deux chaines de montagnes les plus impressionnantes du pays, entre les deux, collines, vallées, dômes et pics granitiques (les kagas) se succèdent sur une terre riche de minéraux et une forêt vierge où subsistent les pygmées une population nomade rattaché aux traditions artisanales.

  •  Le village artisanal ou le magasin Perroni à Bangui sont les lieux idéals pour trouver des souvenirs de voyages atypiques (tableaux exécutés avec des parties d’insectes comme les ailes de papillons, objets décoratifs en ébènes, bijoux artisanaux en or…).

  • La période sèche est la meilleure partie de l’année pour visiter le pays elle s’étale entre décembre et la moitié de mars, car certains lieux sont inaccessibles quand il pleut, mais le climat reste assez extrême.

  • Pour une question de sécurité ne pas se balader seul ou pendant la nuit, boire uniquement de l’eau en bouteille capsulé, et ne pas s’approcher des animaux errant ni les toucher, mais surtout ne pas s’aventurer dans des zones herbeuses sans protections ni près des eaux stagnantes ou marécageuse car il y’a le risque de tomber dans des sables mouvants ou bien des crocodiles.  
pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*